Comment racheter la part de votre ex-conjoint sur le bien immobilier que vous possédez à deux à Demi-Quartier ?

Partager sur :
Comment racheter la part de votre ex-conjoint sur le bien immobilier que vous possédez à deux à Demi-Quartier ?

Vous vous séparez ? Alors, comment racheter la part de votre ex-conjoint sur le bien immobilier que vous possédez à deux à Demi-Quartier ?

Le financement de soulte est une opération qui peut avoir lieu lors d’un divorce, d’une séparation ou d’une succession. Elle consiste à racheter les parts de l’autre partie afin d’acquérir la totalité du bien.

Faisons le point.

 

Comment calculer la soulte ?


Pour calculer le montant de la soulte, il est impératif de faire appel à un professionnel (notaire ou agent immobilier). Le montant de la soulte est appelé « liquidation partage » et, pour la déterminer, l’expert établit les avoirs et les dettes de chacun.

Ce document fait foi auprès des courtiers et des banquiers pour établir le montage financier. Avant de contacter un notaire, vous pouvez vous faire une idée du montant de cette soulte en effectuant une simulation gratuite sur le site credixia.com ou en effectuant le calcul suivant : (Valeur de la maison/2)-(Montant du capital restant dû/2).

 

Comment obtenir son financement ?


Le financement d’une soulte peut s’effectuer grâce à un apport personnel ou à l’aide d’un crédit immobilier à condition bien sûr d’avoir des ressources financières suffisantes. Les conditions proposées par les banques (taux et assurance) sont les mêmes que pour un prêt immobilier classique dans le cadre d’un achat immobilier.

Cependant, il faudra racheter le prêt en cours avant d’en souscrire un autre, ce qui engendre souvent des pénalités de remboursement anticipé. L’opération implique également un passage obligé chez le notaire avec les frais associés.

Un dossier de rachat de soulte est étudié comme un dossier de prêt immobilier traditionnel. La banque regardera le contrat de travail de l’emprunteur, ses revenus, la tenue de comptes, le taux d’endettement, le reste à vivre, le saut de charge, la capacité d’épargne et l’estimation de la valeur du bien immobilier.


O.D. / MySweetProd © Adobe Stock