Comment acheter un appartement à Demi-Quartier moins cher ?

Partager sur :
Comment acheter un appartement à Demi-Quartier moins cher ?

Dès le plus jeune âge, devenir propriétaire fait rêver…

Actuellement, il y a peu d’offres sur le marché, mais les conditions sont favorables : les banques appliquent les nouvelles recommandations du HCSF, qui porte le taux d’endettement à 35%.

Vous souhaitez acheter un appartement à Demi-Quartier ?

Il existe des solutions pour acheter appartement à Demi-Quartier moins cher !

 

Le prêt à taux zéro (PTZ) 


Un PTZ vous permet de financer une partie de l'achat ou de la construction de votre future résidence principale. Avec un PTZ, vous devez rembourser la somme prêtée, mais vous n’avez pas d'intérêts à payer. Pour y avoir droit, il ne faut pas dépasser un montant de revenus maximum.

La plupart du temps, il ne faut pas non plus avoir été propriétaire de son domicile durant les 2 années précédant le prêt. Le montant du PTZ accordé dépend de la zone où se situe votre futur logement. Il est possible de le compléter avec un ou plusieurs autres prêts.

 

Un appartement à rénover


Sur le marché immobilier, les produits à rafraîchir peuvent se révéler être de belles opportunités. La qualité de leur bâti et de leur emplacement ainsi que les matériaux utilisés font qu’ils méritent que l’on s’y intéresse. 

 

Un appartement à transformer


Commerces, bureaux, ateliers... De nombreux locaux sont à transformer en logement. Leur atout ? Ils bénéficient souvent de beaux emplacements au cœur des villes. Et ils coûtent environ 20 % à 40 % moins cher qu’un appartement à Demi-Quartier en rez-de-chaussée. Bien sûr, il faut prévoir une enveloppe pour les travaux.

 

L’achat en viager libre


Le viager libre est peu connu et encore peu utilisé. Pourtant, il représente une véritable voie originale et intéressante d’achat immobilier, notamment pour les primo-accédants.

Acheter en « viager libre » permet, en effet, de devenir propriétaire occupant pour un coût moins élevé qu’un achat en immobilier traditionnel puisque majoritairement sans nécessité de recours à un crédit immobilier.

En clair : l’acheteur occupe le logement (appartement ou maison), tandis que le vendeur n’occupant plus le logement bénéficie de revenus réguliers à vie, pouvant permettre, par exemple, de régler le coût d’une maison de retraite.


O.D. / MySweetProd © Adobe Stock